Photostudio 1552753591312 960x480

La Mairie de dakhla aux yeux de Mr Ahmed Kelly Greimich

1959350 4094640539749 804852615 n

الداخلة بوست

La Mairie de Dakhla nécessite des hommes compétents et professionnels capables, pourquoi nos responsables sont à côté de la plaque. Mais pourquoi sont-ils si nuls ? Le dictionnaire nous dit que nul « n’équivaut à rien, est sans valeur ». C’est exactement le sentiment de l’opinion publique des résidents de Dakhla à l’égard des locataires de la commune qu’ils soient. «c'est hommes sont inefficaces, incapables de délivrer un résultat, démagos, prometteurs ». On connait la musique dont le refrain en arrive à remettre en cause leur honnêteté et leur morale. L’air du « Tous pourris » tient la tête des hit-parades.

N’exagérons rien. Le maire est nul aujourd’hui parce qu’ils n’a aucun résultat correspondant aux attentes des populations : pas d’emplois, pas de progrès, pas de richesses créés mais au contraire le sentiment d’un immense gâchis.

Les responsables de la mairie sont nuls pour trois raisons majeures.

La première raison c’est l’incompétence. Les responsables aujourd’hui n’ont pas la compétence pour comprendre et gérer la complexité des dossiers qui s’imposent dans le monde moderne. La mondialisation, le progrès technologique, les questions de santé, de fiscalité, de commerce extérieur, d’éducation requièrent des expertises que les élus n’ont pas pu acquérir. Alors ils n’ont, certes, pas nécessairement l’obligation de tout savoir. Ils sont entourés d’une administration, d’une batterie de conseillers municipaux nuls. Mais encore faut-il qu’ils sachent de quoi il retourne. Sinon, c’est l’administration qui prend le pas alors qu’elle ne porte pas la responsabilité.

La plupart du temps, le maire de Dakhla fait semblant de connaître les dossiers. Il se croit obligé de donner un avis sur tout et n’importe quoi. Très souvent une promesse qu’il ne tiendra évidemment pas. Au mieux l’opinion ne le prend pas au sérieux, au pire elle se désespère ou se révolte devant tant de maladresse et d’incompétence. Parce que tout se sait. Le maire ne peut plus raconter d’histoires.

Aujourd’hui, les problèmes les plus importants sont d’ordre économique et social. Ils naissent et se résolvent dans l’entreprise et interfèrent avec le fonctionnement des marchés mondiaux. Combien de responsables communaux, députés, sénateurs ont travaillé dans l’entreprise ? Combien ont voyagé à l’étranger et pratiqué le commerce extérieur qui est le théâtre de la

guerre moderne ? à la commune de Dakhla qui a cette expérience ...sont très peu ou presque .................. .

Résultat, à Dakhla sont inadaptés aux problèmes. Si encore ils savaient comme autrefois gérer les opinions, leur expliquer, les emporter dans leur élan… Si d’ailleurs, ils avaient de l’élan ! Mais ce n’est plus le cas. Les moyens de la communication moderne nécessitent d’autres qualités charismatiques. L’importance des réseaux sociaux fait que l’information ne descend plus du haut vers le bas. Mais circule de façon transversale. Le chef doit donc travailler autrement s’il veut rester en lien.

La deuxième raison, les projets finis et qui restent fermés C’est stupide.

Cette maladie est un héritage du nouveau maire de Dakhla ,la culture et de l’éducation sont le soucis de la commune. Le vrai clivage aujourd’hui existe entre ceux qui croient au progrès scientifique, à la confrontation, à la concurrence réglementée. Comme le code de la route permet de circuler dans des conditions de sécurité acceptables. Le clivage passe à l’intérieur de la commune. D’où la confusion, l’inadaptation, l’incapacité à sortir des choix et des stratégies cohérentes et légitimées par des majorités fortes.

Nous avons une opposition qui doit aussi être a la hauteur, c’est ingouvernable ou alors dans une direction floue et nulle. La mairie de Dakhla n'est pas capables de créer de l’activité et des emplois. Le maire et son groupe ne veulent pas assumer les principes de réalité. Donc ils les nient ou alors ils maquillent les faits. C’est nul.

Troisième raison, le maire fera tout pour être élu et réélu. D’où le programme et les promesses généreuses. Puis il fera tout pour se maintenir à la tête de la commune. .... D’où le double langage : public et privé. « Je ne peux pas dire la vérité, mes électeurs ne le comprendraient pas… ». <<ne nous occupons que du court terme, à long terme on sera mort ! >>

Ahmed Kelly Greimich